Salon international de l'Automobile de Genève 2018

Cette année encore, le salon international de l'Automobile de Genève n'a pas failli à sa réputation. Du luxe, de la sportive et de nombreuses nouveautés. Indéniablement, le salon de Genève devient, année après année la référence des salons automobiles à travers le monde. Malgré l'absence de quelques constructeurs généralistes (comme lors des autres salons automobiles ces dernières années), tous ont répondus présents pour présenter leurs dernières nouveautés : Bugatti Chiron Sport, Ferrari 488 Pista, Lamborghini Huracan Performante Spyder, McLaren Senna ...

 

La cuvée 2018 des nouveautés du salon helvètiques étaient plutôt bonnes, le cru 2019 s'annonce encore meilleur (McLaren "BP23", nouvelle Koenigsegg ...)

Aston Martin Valkyrie AMR Pro

 

Aston Martin avait dévoilé en février 2017 sa toute dernière hypercar, l'Aston Martin Valkyrie également connue sous le nom de code de AM-RB 001. Nommée en l'honneur des femmes guerrières de la mythologie nordique, elle développe des performances exceptionnelles, notamment avec son V12 de 6,5 litres.


Au Salon de Genève, Aston Martin a présenté la version « circuit » de son hypercar. Développée en partenariat avec l'équipe Red Bull Racing F1, elle fait mieux que la version route, qui développait déjà une puissance de 1.130 chevaux pour un poids de 1.030 kilos. La version route réussissait déjà à dépasser le ratio puissance-poids 1:1.


Sans donner exactement la puissance de la Valkyrie AMR Pro, Aston Martin annonce que son moteur, le V12 de 6,5 litres, réussit à développer plus de 1.100 chevaux, sans doute plus que les 1.130 de la version route. Mais surtout, la version circuit s'offre le luxe de voir son poids réduit de 30 kilos puisqu'il n'est que de 1.000 kilos.

C'est en ça que la Valkyrie AMR Pro bat sa version homologuée pour la route : le ratio puissance-poids de 1:1 est largement battu avec plus de 1,1 cheval de puissance développé pour chaque kilogramme (contre 1,097 cheval par kilo pour la version route). Le gain en poids a été possible en modifiant la composition du pare-brise, des suspensions ainsi qu'en offrant à la version AMR Pro un système d'échappement plus léger.

 

Aston Martin annonce que la Valkyrie AMR Pro peut atteindre une vitesse de pointe de 362 kilomètres par heure. L'ensemble des 25 unités prévues de la Valkyrie AMR Pro ont déjà été réservées.

Aston Martin Vantage

 

Il n'est jamais facile de succéder à une légende, mais la nouvelle Aston Martin Vantage paraît en bonne voie. Certes, son style musclé à outrance demandera peut-être un peu d'accoutumance à ceux qui adulaient la sublime simplicité de la génération précédente (qui ne fait décidément pas ses... treize ans, quinze si l'on remonte au concept originel). Les mêmes qui verseront une larme sur la tombe du beau V8 4.7 atmo de 430 ch, remplacé par un 4.0 biturbo de 510 ch emprunté à la Mercedes-AMG GT et associé à une boîte auto à huit rapports.

Les performances font logiquement un bond en avant (0 à 100 km/h en 3,7 s, 313 km/h) et l'agilité devrait en faire de même grâce à un poids en baisse d'un quintal et l'arrivée d'un inédit différentiel électronique. 

L'Aston Martin Vantage est déjà disponible à la commande à partir de 155 294 euros.

Aston Martin Lagonda Vision

 

Aston Martin change son fusil d’épaule et se concentre désormais sur l’électrification de ses modèles. Le constructeur anglais présente son orientation stylistique, à l’occasion du Salon de l’auto de Genève, avec sa Lagonda Vision.

Luxueuse, 100% électrique et autonome, l’Aston Martin Lagonda Vision, dévoilée à Genève, présente l’avenir de la marque anglaise. La firme de Gaydon ambitionne de devenir “la première marque de luxe zéro émission au monde”, rien que ça ! Pour y parvenir, Aston Martin compte “tirer pleinement parti des dernières avancées en matière d’électrification et de technologies de conduite autonome”, explique Marek Reichman, vice-président exécutif et chef de la création de la marque. Le constructeur ne veut clairement pas manquer ce tournant de l’histoire de l’industrie automobile, puisqu’il s’agit selon lui de “la plus grande révolution dans le transport terrestre depuis l’invention de la voiture”. 

Avec la Lagonda Vision, Aston Martin donne un aperçu quant au style des futurs modèles très attendus que sont la Valkyrie, la remplaçante de la Vanquish ainsi que le premier SUV (peut-être électrique ?) de la marque. Même si la capacité de la batterie n’a pas été officialisée par Aston Martin, elle devrait être comparable à celles des meilleurs véhicules zéro émission du marché. Rendez-vous en 2023 pour voir si cette vision de l’Aston Martin Lagonda tient toutes ses promesses. En attendant, certains éléments de l’Aston Martin Lagonda Vision entreront dans la fabrication des modèles du constructeur dès 2021.

BMW M8 Gran Coupé Concept

 

BMW est loin de s’assagir et poursuit son orientation tournée vers des modèles sportifs et racés. La BMW M8 concept Gran Coupé le démontre une nouvelle fois. Le constructeur à l’hélice ne veut pas se faire grappiller des parts de marché sur ce créneau des grosses berlines sportives. Celui-ci attire de plus en plus de constructeurs, comme Peugeot avec sa toute nouvelle 508. “La BMW Concept M8 Gran Coupé offre une facette du luxe pour la marque BMW, ultra sportive, extravertie et polarisante”, déclare le constructeur d’outre-Rhin.

L’arrivée d’une série “M” chez BMW est un événement. Cette lettre est l’initiale du mot allemand “mehr”, qui signifie “plus”. Comprenez des versions plus sportives, plus agressives, plus luxueuses et aussi… plus chères ! L’enjeu est aussi et surtout lié à l’image de la marque. Même si ce type de véhicules ne se vend pas en très grande série, contrairement aux SUV, citadines et autres berlines classiques, la présence dans le catalogue de BMW de ce type de voiture hors norme participe à l’aura du constructeur.

Bugatti Chiron Sport

 

Bugatti a profité des allées du Salon Automobile de Genève pour dévoiler la nouvelle version de sa Chiron, la Chiron Sport.

Un nom assez sobre pour une voiture aux performances monstrueuses.

La Chiron avait déjà largement de quoi ravir les amateurs fortunés de conduite sportive. La Chiron Sport va encore plus loin dans ce domaine. Bugatti a dévoilé ce nouveau modèle à l'occasion du Salon Automobile de Genève, qui se déroule en Suisse depuis le mardi 6 mars dernier. Une supercar dont le dynamisme et la maniabilité ont été totalement revus par le constructeur français.

Côté design, on retrouve bien les lignes de la Chiron. Cette Chiron Sport a été dévoilée à Genève dans une livrée démoniaque, faite de noir, de gris et de rouge. Une carrosserie qui fait une fois encore la part belle au carbone. A cette occasion, la Chiron Sport se dote de nouvelles jantes et de nouveaux échappements à quatre sorties, qui la différencient de sa devancière.

La firme de Molsheim a donc amélioré la dynamique de conduite de la voiture, avec un châssis plus rigide et une nouvelle fonction de vectorisation dynamique du couple. Ce qui permet à la voiture d'augmenter sa vitesse en courbe. Pour réaliser sa Chiron Sport, Bugatti a par ailleurs allégé le bolide initial. Résultat, la Chiron Sport gagne 18 kilos sur la balance.


Côté moteur, on retrouve le même W16 de huit litres quadriturbo qui développe une puissance de 1.500 chevaux et 1.600 Nm de couple. Ce qui permet à ce bolide d'atteindre une vitesse maximale, bridée, de 420 km/h et d'effectuer le 0 à 100 km/h en seulement 2,4 secondes. Les livraisons de la Chiron Sport débuteront à la fin de l'année. Le tarif de base est de 2,65 millions d'euros.

Ferrari 488 Pista

 

Ferrari présente au Salon de Genève 2018 la version bodybuildée de la 488 GTB, la 488 Pista. Comme son nom l'indique l'auto est entièrement dédiée à la piste. Elle profite d'ailleurs du savoir-faire de Ferrari dans le domaine de la compétition automobile pour devenir le modèle V8 le plus radical de la marque.

Dérivée de deux Ferrai de course, les 488 GTE et 488 Challenge, la 488 Pista a vu tous ses principaux composants être optimisés : la transmission, le poids, l'aérodynamique et bien sûr la puissance. Concernant ce dernier point, elle profite d'un V8 3,9L biturbo porté à 720 ch. C'est 50 ch de plus que la GTB. Le couple passe lui de 760 à 770 Nm.

Avec un poids à vide annoncé à 1.280kg dans sa configuration la plus légère (90kg de moins que la GTB), le nouveau bijou du cheval cabré tombe le 0 à 100 km/h en 2,85 secondes et revendique une vitesse max de 340 km/h.

Ferrari Portofino

 

Ferrari la plus vendue au monde, la California T est remplacée par la Portofino qui pourtant en reprend toute la recette. Toit rétractable, V8, tout en en améliorant la plastique extérieure, désormais plus équilibrée. Le toit est repliable en roulant jusqu’à 50 km/h en 14 secondes, tandis que la rigidité a été accrue de 35% d’après Ferrari. Le cœur de l’italienne est son V8 3.9 l de 600 chevaux, désormais biturbo et montant jusqu’à 7500 tr/min. La cavalerie passe par une boîte double embrayage 7 rapports. Quant au prix, il flirte avec la barre des 200.000 euros… hors option.

Hennessey Venom F5

 

482 km/h ! C'est la vitesse maximale annoncée par Hennessey pour son nouveau modèle Venom F5. Le missile américain se présente tout simplement comme la voiture de série la plus rapide de la planète ! Les concurrentes Bugatti Chiron et Koenigsegg Agera RS sont prévenues. Pour atteindre une telle vitesse, la Venom F5 reçoit une motorisation V8 7.4 litres biturbo forte de plus de 1.620 chevaux. Les performances sont hallucinantes avec notamment un exercice de 0 à 300 km/h réalisé en moins de 10 secondes...

Italdesign Zerouno Duerta

 

Un an après la Zerouno, Italdesign présente sa variante découvrable Duerta. Cette dernière conserve le V10 atmosphérique d'origine Lamborghini du coupé, ainsi que son esthétique assez particulière. 

Cette Duerta dispose toujours du bloc de la Lamborghini Huracan et de l’Audi R8, dans sa version développant 610 ch. La seule performance annoncée est la vitesse maxi, qui dépasserait les 320 km/h.
Si cette Zerouno dispose d’un hard top amovible, qu’il faudra donc ôter avant de partir en balade, Italdesign annonce qu’une capote « de secours » sera également fournie.

Comme la Zerouno coupé, cette variante découvrable sera produite à seulement cinq exemplaires, qui pourront être entièrement personnalisés par leurs propriétaires.

Le prix de cet exclusif roadster n’est en revanche pas mentionné, mais il ne fait aucun doute que, comme pour le coupé, la somme réclamée dépassera largement le million d’euros. Quand on sait qu’une Lamborghini Huracan Spyder est vendue un peu plus de 220 000 euros…

Koenigsegg

 

Koenigsegg n'a pas de grosse nouveauté à présenter sur ce salon de Genève 2018. Mais cela n'a pas empêché le suédois de venir avec deux Regera, dont une arborant une magnifique livrée bleu Bugatti... 

 

Quand on est un petit constructeur comme Koenigsegg, on ne peut pas présenter un nouveau modèle sur chaque salon. Pourtant, il est quasi impératif de se montrer, au moins pour éviter de laisser le champ libre à la concurrence.

On ne sait si Koenigsegg avait senti venir la présentation de la nouvelle Bugatti Chiron Sport, mais il semblerait que le constructeur suédois était de toute façon décidé à faire un pied de nez à son rival français, situé sur le stand d'en face.

 

Deux Regera trônent en effet sur le stand Koenigsegg et, alors que la première arbore une peinture blanche avec une bande noire centrale, la seconde se pare d'une magnifique livrée biton. Le plus étonnant est que celle-ci mêle deux bleus qui paraissent tout droit sortis du nuancier Bugatti.

Une vision d'autant plus étonnante que la Chiron présentée en face a délaissé le bleu historique pour un ensemble rouge et noir. De plus, la Koenigsegg va jusqu'au bout de la démarche, avec une sellerie bleu clair couvrant l'intégralité de l'habitacle.

 

Techniquement, la Regera dispose toujours de 1 500 ch, grâce à sa motorisation hybride qui combine un V8 5.0 biturbo de 1 100 ch et trois moteurs électriques. Le 0 à 300 km/h serait pour sa part expédié en seulement 10,9 s, soit environ deux secondes de moins que la Chiron.

La seule évolution présentée par la marque à Genève est la possibilité d'équiper sa Regera d'un « Ghost package », offrant un peu plus d'appui aérodynamique à la supercar, grâce notamment à de petits appendices ajoutés sur la carrosserie.

 

On note enfin la présence sur le stand d'une CCX, ancêtre de la Regera sortie en 2007. Et cette dernière est, elle aussi, habillée d'une livrée bleu foncé. Quelle coïncidence…

Lamborghini Huracan Performante Spyder

 

En 2015, au salon de Francfort, Lamborghini dévoilait l’Huracan Spyder. L’an dernier, à Genève, la marque italienne présentait l’Huracan Performante. Pour l’édition 2018 du salon Suisse, voici l’Huracan Spyder Performante. Le plaisir de la conduite en plein air et le moteur le plus musclé de la  gamme Huracan enfin associés. Bel ensemble. 

 

Spectaculaire, l’Huracan Performante Spyder recèle dans le dos du pilote et de son passager un moteur V10 atmosphérique de 5.2 litres. Il développe quasiment 650 ch à 8 000 tr/min. La valeur de couple est elle aussi généreuse avec 600 Nm à 6 500 tr/min.

Mais cette grosse cylindrée en délivre déjà 70 % dès 1 000 tr/min. Pour une conduite en souplesse. Ou bien, au contraire pour catapulter les deux privilégiés de 0 à 100 km/h en trois secondes et un dixième.

 

“La Lamborghini Huracan Performante Spyder réalise le 0 à 100 km/h en 3,1 s“

Après 9,3 s, ils fileront à 200 km/h. Une ascension qui s’arrêtera à la vitesse maximale de 325 km/h. Le confort acoustique et la bonne tenue de la mise en plis des deux occupants ont été pensés. Un filet anti-remous et deux pare-vent supplémentaires veillent au grain.

 

La motricité est assurée par la transmission intégrale et la docilité par la boîte de vitesses automatique à double embrayage dotée de 7 rapports. Cette version affutée de l’Huracan Spyder emploie de nombreuses pièces en carbone, lesquelles contribuent à une réduction du poids de 35 kg. Lamborghini annonce une consommation de carburant de 19,8 l/100 km en ville et de 14 l en cycle mixte.

 

Terminons par une note positive. Pour profiter au plus vite du moindre coin de ciel bleu, l’Huracan Performante Spyder ouvre son toit en 17 secondes et la manœuvre est possible jusqu’à la vitesse de 50 km/h.

Lamborghini Urus

 

Premier bain de foule, au salon de Genève 2018, pour le SUV de Lamborghini. Par sa hauteur, il se distingue sans peine et domine nettement les ultra-basses sportives de la gamme que sont les Huracan et Aventador. Mais, au-delà de sa carrure impressionnante, le Lamborghini Urus doit surtout permettre à la marque de doubler ses ventes.

Sous sa livrée grise, l'Urus gagne un peu en discrétion, il attire moins l'œil que laqué d'un jaune vif. Mais avec le design Lamborghini, la notion de discrétion est relative. Le registre formel géométrique et la complexité des surfaces sortent de l'ordinaire. Haut sur patte et doté d'une carrosserie à 5 portes, comme ses concurrents, le Lamborghini Urus s'en éloigne rapidement par son pavillon fuyant. Pourtant bestial vu seul, un Porsche Cayenne Turbo paraît sage en comparaison.

Si Lamborghini le qualifie de « super » SUV, ce n'est pas par hasard. Car sous sa plastique clivante qui ne laissera personne indifférent, le Lamborghini Urus recèle un moteur V8 4.0 biturbo fort 650 ch. Une mécanique de pointe qui n'est aucunement étouffée par les 2,2 tonnes de l'engin. Jugez plutôt, il suffit de 3,6 s pour atteindre 100 km/h et de 12,8 s pour filer à 200 km/h. Et la vitesse maximale de ce véhicule de loisirs n'a rien à envier aux sportives de la gamme. L'Urus atteint 305 km/h. Peu de ses rivaux peuvent le suivre.

Le modèle le plus familial de la gamme Lamborghini est proposé en deux configuration à 4 ou à 5 places. Dans le premier cas, il propose quatre sièges indépendants, dans le second, il s'agit d'une banquette traditionnelle à l'arrière.

Liberty Walk

 

Il y a sur ce salon de Genève 2018, un stand où les voitures ne dépassent pas la hauteur des comptoirs de l'accueil. Celui du préparateur nippon Liberty Walk. Tous ses modèles respectent les préceptes du "Stance", un style de tuning qui consiste à rabaisser des voitures haut de gamme au maximum.

Pour marquer la sensation d'écrasement, les ailes sont très nettement élargies au moyen de pièces rivetées. Inspiration des bandes dessinées japonaises, les célèbres mangas, ou bien recherche de gain en volume pour une éventuelle idée de parkings à superposition verticale optimisée ? Peut-être rien de tout cela.

En tous cas, sur son emplacement de l'exposition helvétique, Liberty Walk présente son savoir-faire sur des modèles de quelques grandes nations de l'automobile : BMW M4, Ford Mustang GT, Lamborghini Aventador, Nissan GT-R, il y en a pour tous les goûts. A condition d'apprécier une certaine exubérance.

Mansory Bugatti Vivere Diamond Edition by Moti

 

Mansory s’est forgée une réputation de transformation de voitures de luxe et de supercars en remplaçant quasi complètement tous les éléments de la carrosserie par des composants en fibre de carbone ultra légère et de haute résistance. Le processus de durcissement utilisé, sous haute pression et température dans l’autoclave, améliore radicalement la qualité du matériau. Comme particularité, Mansory a utilisé, pour concevoir la Vivere Diamond Edition by Moti, un tissu de carbone appelé Marble Collage. Cela souligne l’unicité de ce véhicule unique (one-off) avec ses effets de brillance typiques de marbre.

Comparé à la Veyron « standard », la Mansory Vivere Diamond Edition by Moti reçoit un lifting complet à l’avant, composé d’ailes modifiées, d’un capot raccourci et d’un tablier avant frappant avec une lèvre en fibre de carbone pour plus d’appui.

Les feux diurnes à LED intégrés à l’avant et les nouvelles prises d’air créent des accents particuliers. Les jupes latérales nouvellement développées agissent comme un lien visuel et aérodynamique entre les deux essieux.

Des sorties d’air plus grandes sur les flancs du véhicule et à l’arrière assurent un refroidissement optimisé du moteur et, avec le nouveau diffuseur, soulignent le design de cette voiture puissante.

D’autres accents exclusifs complètent ce véhicule, à commencer par les élégantes jantes en alliage forgé à rayons fins pour un refroidissement optimisé des freins, la calandre cintrée avec des feux de jour à LED en forme de V pour Vivere ainsi qu’un logo Bugatti en diamants et les rétroviseurs en fibre de carbone .

 

L’intérieur est très luxueux et fonctionnel. L’artisanat traditionnel, les matériaux sélectionnés à la main et un design confiant se rejoignent et créent un intérieur de voiture dans une classe à part selon les goûts du client.

À cet égard, les LED du système d’éclairage ambiant dans les sièges, les panneaux de porte et le tableau de bord sont particulièrement accrocheurs. L’habitacle entier brille à la lumière des lampes de courtoisie, mettant en valeur les applications de haute qualité en fibre de carbone et le cuir noir et blanc habilement matelassé.

Mansory a redessiné le volant avec des palettes intégrées. Des diamants ont aussi été incrustés formant le logo EB de Ettore Bugatti.

McLaren Senna 

Difficile de la manquer sur le (petit) stand McLaren du 88ème salon automobile de Genève. La nouvelle Senna, baptisée ainsi en hommage au célèbre pilote brésilien Ayrton Senna, attire tous les regards. Il faut dire que ses lignes bestiales et torturées font leur petit effet. Et quand on sait ce qui se cache sous cette carcasse ...


Ici prend place le V8 4.0L biturbo de la 720S. Mais sa puissance a été portée à 800 ch et 800 Nm de couple, ce qui permet au coupé de tomber le 0 à 100 km/h en 2,8 secondes pour une vitesse de pointe de 340 km/h. Des chiffres qui en font la McLaren de route la plus extrême de tous les temps...

Pour le salon de Genève 2018, MSO (McLaren Special Operations) a préparé une Senna très particulière arborant le bien nommé Carbon Theme. La fibre de carbone de sa carrosserie est en effet apparente et laquée. A ce traitement, MSO a ajouté du jaune au bas des portières et sur la partie intérieure des nombreux éléments aérodynamiques ainsi que du vert sur les étriers de freins pour évoquer le casque d'Ayrton Senna aux couleurs du Brésil. Des inserts et surpiqûres les rappellent dans l'habitacle.

McLaren présente en outre sur cette Senna de nouvelles jantes optionnelles en fibre de carbone. Pesant 7,5kg chacune, elles sont 10% plus légères que celles d'origine.

La carrosserie, faite de 67 éléments, a demandé 1.000 heures de travail. La seule application du jaune a pris 250 heures. Le prix de base de la McLaren Senna au Royaume-Uni est de 750.000£ soit environ 850.000€ (et de 930.000€ en France). Le constructeur annonce que le surcoût demandé par une personnalisation au niveau du Carbon Theme ajoute près de 300.000£, l'équivalent de 340.000€, de quoi franchir la barre du million.


Ansar Ali, directeur général de MSO, se félicite que tous les acquéreurs de la McLaren Senna, dont les 500 exemplaires prévus ont tous été réservés, fassent appel à son département de personnalisation. Suite à la présentation de ce modèle, il s'attend à davantage des commandes de McLaren en carbone nu. A Genève, MSO dévoilera quatre autres thèmes dédiés à la Senna, mais sur écran seulement.

Mclaren Senna GTR

 

McLaren présente une version GTR de la Senna réservée aux circuits, et aux clients les plus privilégiés.

La très radicale McLaren Senna devient encore plus extrême à l'occasion du salon de Genève 2018 avec la présentation de la Senna GTR, réservée à la piste ! L'auto se dote d'appendices aérodynamiques encore plus impressionnants à commencer par le diffuseur arrière massif, et la jupe avant proéminente. La GTR peut générer jusqu'à une tonne d'appui, soit 200kg de plus que le modèle routier.

Les voies ont été élargies, les ailes sont nouvelles et la suspension a été retravaillée, sans compter les pneus slicks signés Pirelli sur des jantes spécifiques. Le poids s'annonce quasi-identique aux 1.198kg à sec de la Senna standard.

La Senna GTR n'est pour l'heure qu'un concept-car, et McLaren annoncera les spécifications définitives plus tard cette année. Le constructeur de Woking prévoit déjà une hausse d'au moins 25ch de la puissance du V8 4L biturbo, qui atteindrait donc 825ch. Le couple serait également supérieur aux 800Nm d'origine.


McLaren compte sur les retours de ses clients au salon de Genève pour peaufiner la bête. Seuls 75 exemplaires sont prévus. Ils seront assemblés une fois les 500 Senna de route sorties des ateliers, et vendus près d'un million de livres (1,12 million d'euros) chacun.

Mercedes AMG GT4 portes coupé

 

Le constructeur allemand Mercedes-AMG présente à Genève son nouveau GT 4 portes Coupé. Il s'agit de la version de série du prototype révélé l'année dernière sur ce même événement helvétique. La déclinaison la plus puissante revendique 639 chevaux, tirés d'une motorisation V8 4.0 litres biturbo. Ainsi équipé, l'engin réalise l'exercice du 0 à 100 km/h en seulement 3,2 secondes et atteint la vitesse maximale de 315 km/h.

Pagani Huayra Roadster

 

A l'approche du salon de Genève 2018, le petit constructeur italien de supercars a annoncé que la production de la Huayra Roadster vient de débuter. Limitée à 100 exemplaires tous réservés, l'auto a été présentée lors de l'édition 2017.


Cette année, Pagani expose en Suisse une Huayra Roadster commandée et configurée par un client résidant aux Etats-Unis. Le propriétaire a opté pour une carrosserie en fibre de carbone nue, tout juste soulignée par des liserés rouges. La sellerie est dans les mêmes tons.

Pagani Zonda HP Barchetta

 

Bien que la Huayra ait pris la place de la Zonda au sein de la gamme Pagani, de nombreux clients continuer de commander au constructeur italien un exemplaire de cette dernière conçu sur-mesure. Tout récemment, c'est Horacio Pagani en personne qui a sollicité le département personnalisation de sa propre marque.

 

Le patron et fondateur de Pagani n'a pas voulu faire les choses à moitié pour sa vision de la Zonda. Sous-titrée HP Barchetta, elle rend hommage à cette appellation en adoptant des surfaces vitrées considérablement réduites, de quoi rappeler les voitures de course du milieu du XXe siècle. L'évocation du passé est également à mettre sur le compte du carénage des roues arrière, détail emprunté à l'une des anciennes réalisations personnalisées de Pagani, à savoir la Zonda ZoZo.

 

L'aérodynamisme est en outre légèrement retravaillé grâce à des ailettes sur le bouclier avant. Enfin, l'écope de la Zonda Cinque fait ici son retour afin de refroidir le gros V12 7.3 atmosphérique comme il se doit. La puissance de ce dernier n'est pas connue mais on imagine qu'il bénéficie de la dernière évolution proposée par la marque, portant la cavalerie du bloc d'origine AMG à 760 ch.

 

Même si la Zonda HP Barchetta a été faite sur-mesure pour Horacio Pagani, la marque ne se contentera pas d'en produire une seule unité. Deux autres exemplaires verront en effet le jour afin de combler les clients les plus fidèles de Pagani.

Polestar 1

 

Après avoir été dévoilé en Chine à la fin de l'année 2017, le premier modèle de Polestar en tant que marque automobile à part entière se présente pour la première fois au public européen à l'occasion du salon de Genève 2018. Désormais spécialisé dans les véhicules électrifiés hautes performances, l'ancien préparatif sportif de Volvo livre la Polestar 1.


Derrière ses sublimes lignes de coupé 2+2, l'engin abrite une motorisation hybride de 600 ch et 1.000 Nm de couple. Avec cette cavalerie, l'auto avale le 0 à 100 km/h en 3,8 secondes tandis que son autonomie en tout électrique est elle annoncée à 150 kilomètres, une référence en la matière pour un véhicule hybride.

Polestar a annoncé que les précommandes pour l'auto seront ouvertes le 13 mars prochain à 8h.

Porsche Mission E Cross Turismo

 

C'est indéniablement LA surprise de ce 88ème salon. Contre toute attente, Porsche présente une première variante de sa berline électrique Mission E. Il s'agit d'un concept de crossover cinq portes et quatre places long de 4,95 m, large de 1,99 m et haut de 1,42 m. Son nom : Mission E Cross Turismo.


Mécaniquement, Porsche annonce deux moteurs électriques de 600 ch et une transmission intégrale. Cette combinaison permet à l'auto d'atteindre les 100 km/h en moins de 3,5 secondes et les 200 km/h en moins de 12 secondes. L'autonomie pourrait elle dépasser les 500 km.

Rimac C_Two

 

Après la Concept One, Rimac présente sa nouvelle hypercar électrique. Avec sa motorisation développant pas moins de 1 915 chevaux et 2.300 Nm, elle atomise le 0 à 100 km/h en 1,8 secondes!

 

Le petit constructeur croate avait promis de faire mieux que la Concept One de 1 224 chevaux avec ce nouveau modèle. Promesse largement tenue car la puissance flirte carrément avec les 2 000 chevaux si l'on en croit Rimac. Outre ses accélérations dignes d'un boulet de canon, la C_Two serait aussi capable d'atteindre les 412 km/h en pointe.

Rimac annonce aussi une autonomie en hausse qui devrait atteindre 650 kilomètres. Sans abuser de la puissance colossale bien entendu. La Rimac C_Two se veut aussi technologique avec sa capacité autonome de niveau 4 et de nombreux écrans dans son habitacle. Côté style, cette hypercar se montre très musclée mais n'abuse pas des appendices aérodynamiques.

Rimac devrait produire 150 exemplaires de cette bombe et les premières livraisons sont attendues pour 2020.

Rolls Royce Phantom

 

Longue de 5,77 m en version courte ou 5,99 m en « Extended wheelbase » la Phantom adopte des roues de 22 pouces, place son traditionnel V12 à la puissance suffisante sous son interminable capot et se maquille exactement comme vous le souhaitez.

On trouvait donc une Phantom à empattement court nommée Gentleman’s Tourer parée d’un gris satiné exclusif répondant au doux nom de Iced Gunmetal et arborant quelques inserts en ruthénium, un métal très rare du groupe du platine (seules 20 tonnes de ce métal sont extraites annuellement, à comparer aux 2500 tonnes d’or).

A ses côtés la version allongée A Moment of Time réalisée par le collectif artistique londonien Based Upon avait revêtue une robe Blue Crystal. Enfin la troisième, et probablement la plus spectaculaire a été baptisée Whispered Muse et décorée par l’artiste Hellen Ann Murray. Elle mélangeait un Selby Grey très pâle avec un traitement d’or rose. Or Rose dont se parait pour la première fois le Spirit of Ecstasy.

Ruf

 

Après avoir lancé la Ruf CTR lors du Salon de Genève l'an dernier, la marque allemande est revenue cette année avec la nouvelle SCR, mêlant habilement aspect vintage du plus bel effet et puissance moderne des plus appréciables.

Ruf décrit son bolide comme une sportive faite pour un gentleman-driver, et ne se trompe certainement pas. Ressemblant beaucoup à une Porsche 911 de la fin des années 1980, la SCR est dotée d'une carrosserie en fibre de carbone et d'un châssis monocoque en carbone au-dessous. Un arceau de sécurité intégré augmente la solidité du véhicule et améliore au passage la sécurité de ses passagers.

Tout ceci nous emmène vers un poids à vide de 1240 kg, ce qui signifie que cette SCR pèse moins lourd sur la balance que la non moins sublime Porsche 911 GT3 RS (1430 kg). Pour rester dans la comparaison, la SCR est légèrement moins puissance : son bloc atmosphérique de 4,0 litres développe 503 chevaux pour 470 Nm de couple, contre 514 chevaux du côté de la 911. La transmission de la Ruf SCR est manuelle et compte six rapports.

En comparaison à la CTR de l'an dernier, la SCR semble moins agressive, plus léchée. On pourrait presque la qualifier de "lisse", mais c'est un compliment tant le travail effectué se devine à quelques indices majeurs, comme par exemple les multiples petites ouvertures dans le pare-chocs arrière - à l'instar de ce qu'avait proposé la CTR douze mois plus tôt.

La version originale de la SCR de Ruf était apparue en 1978, munie d'un moteur six cylindres à plat de 3,2 litres, et réglable afin de développer la puissance de 180 à 217 chevaux. Le carénage avant était plus agressif, les entrées d'air plus larges et plus arrondies, elle disposait d'un aileron arrière impressionnant mais, selon nous, la version 2018 n'a pas grand-chose à envier à sa devancière. Ni en termes de style, ni en termes de performances, évidemment.

TechArt

 

A Genève, le préparateur spécialisé Porsche présente la GrandGT Supreme, une superbe préparation développée autour de la Porsche Panamera Sport Turismo Turbo, composée d'un pack extérieur GrandGT, de jantes de 22 pouces TechArt Formula IV, d'une ligne d'échappement sport avec finitions titanium/carbone, ainsi que d'une livrée exclusive Racing Green.


Une préparation qui se poursuit côté habitacle avec un habillage réalisé en cuir Nappa naturel rehaussé de surpiqûres spécifiques, l'ensemble étant compété d'un volant sport TechArt issu du volumineux catalogue du préparateur de Leonberg.


Sous le capot de cette GrandGT Supreme, le kit TechArt Techtronic permettra à la motorisation de la Panamera Sport Turismo Turbo d'afficher une puissance en légère hausse avec un total de 640 ch et 900 Nm. De quoi garantir des accélérations foudroyantes, avec un 0 à 100 km/h avalé en seulement 3.4 secondes, et un 0 à 200 km/h comblé en à peine 8.3 secondes.


Les visiteurs du Salon de Genève qui se sont rendus sur le stand TechArt, ont pu détailler également la TechArt GTstreet R Cabriolet basée sur la Porsche 911 Turbo S, ainsi qu'une Porsche 911 GT3 équipée du Sport Package en fibre de carbone du préparateur allemand.

Touring Superleggera

 

Basé à Milan, Touring Superleggera est un des grands noms de la carrosserie italienne. Les visiteurs du salon de Genève pourront découvrir en avant-première mondiale sa nouvelle création, la Sciadipersia. 

Basé sur une Maserati GranTurismo, ce prestigieux coupé dispose d'une carrosserie entièrement nouvelle. La peinture bleu nocturne oriental côtoie des décorations en chrome (essentiellement autour des projecteurs et de la calandre) et en métal brossé (sur le montant de custode, la fin du pavillon ou encore la partie arrière). Les lignes générales, et notamment celles de la silhouette, sont un subtil compromis entre élégance et sportivité.

La filiation avec la GranTurismo est plus évidente à bord, avec une planche de bord reprise telle quelle. En fait, seule la finition de l'habitacle évolue (nouveaux cuirs, inserts métalliques, etc). 

La Sciadipersia conserve également le moteur de la voiture "donneuse", à savoir un V8 atmosphérique de 460 chevaux. Lourde de 1700 kilos, elle réalise le 0 à 100 km/h en 4,7 secondes et atteint une vitesse maximale de 301 km/h.

La production de cette sportive italienne singulière sera limitée à 10 exemplaires. La transformation demandera environ six mois de travail. Touring Superleggera n'a pas communiqué de prix.

Pour la petite histoire, sachez que Sciadipersia signifie en italien Shah d'Iran. Ce nom évoque donc la relation entre Touring et l'Iran, relation qui donna naissance à la 5000 GT à la fin des années 50. Cette voiture fut en effet créée à la demande du Shah Mohammad Reza Pahlavi.

W Motors

 

W Motors est venu à Genève avec la Fenyr SuperSport. Le constructeur de Dubaï a travaillé plus de 2 ans sur ce modèle. Il a finalement choisi un moteur RUF d’origine Porsche de 3.8 l. Son 6-cylindres est poussé à 800 ch et 980 Nm. Et comme l’hypercar dubaïote pèse 1350 kg, l’accélération coupe le souffle : 0 à 100 km/h en 2,7 s. Le constructeur annonce une vitesse de pointe de 400 km/h. Et un prix de plus de 1,2 million d’euros pour chacun des 25 exemplaires prévus.

Zenvo TSR-S

 

La Zenvo TSR-S est incontestablement l'une des nouveautés les plus impressionnantes de ce salon de Genève. Sorte de voiture de course homologuée pour la route, cette hypercar incarne tout le savoir-faire de ce petit constructeur danois auquel on doit déjà de redoutables modèles tels que la TS1 GT ou la TSR. 

Zenvo a voulu faire de la TSR-S un monstre d'efficacité aérodynamique. Ainsi est né un drôle d'aileron - le Centripetal Wing - pivotant sur deux axes de rotation. Il fonctionne avec deux vérins qui se chargent d'imprimer les mouvements adéquats (de gauche à droite, d'avant en arrière), en fonction des besoins du moment.

En plus de stabiliser la voiture en virage, le Centripetal Wing peut faire office d'aérofrein. Cette petite vidéo vous permettra d'observer quelques-uns de ses mouvements singuliers (à partir de 2:24). Elle a été tournée en marge du salon de Genève, sans doute sur le site du Palais des Expositions et des Congrès où se tient l'événement. Vous pourrez aussi y entendre les borborygmes du V8 5,8 litres de près 1200 ch, qui propulse la voiture de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes seulement. 

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Copyright © 2018 CARSNCO Photography - All rights reserved