Les préparateurs

ABT

Spécialisé dans la préparation des Audi de tout type, ABT se charge de personnaliser le gros SUV maison, le SQ7, et la R8 V10 Plus. Avec, comme toujours, une petite cure de vitamines.

 

Comme toujours le gros porteur ABT SQ7 commence par soigner son style. Le kit aérodynamique comprend des bas de caisse, un bouclier échancré, une lame avant, quelques éléments en carbone et un becquet arrière. Sans oublier les jantes de 22 pouces noir mat. L'habitacle s'offre un traitement spécifique avec de nouveaux cuirs, des inserts carbone, des tapis de sol et un éclairage des seuils de portes.

 

Il en profite surtout pour muscler son jeu avec une suspension dotée d'une hauteur de caisse variable. Le V8 diesel biturbo (dont un est électrique) porte sa puissance à 520 ch. Un traitement de cheval qui lui permet de passer de 0 à 100 km/h en 4,6 s pour une vitesse de pointe inchangée de 250 km/h.

 

Si par ailleurs vous trouvez que le R8 V10 Plus manque d'exclusivité, la version signée ABT y ajoute  une style plus tapageur. Outre les entrées d'air avant plus marquées, les lames avant, bas de caisse et autres éléments carbone montés sur la poupe apportent davantage d'agressivité. Avec, comme toujours, des jantes spécifiques qui taillent ici 20 pouces.

 

Difficile de trouver des chevaux à un V10 atmosphérique qui n'en manque déjà pas à la base. Les techniciens de chez ABT sont tout de même parvenus à en dénicher une vingtaine de plus, portant la puissance totale à 630 ch.

Brabus Adventure 4x4²

Le Brabus 550 Adventure 4×4² part déjà d’une bonne base pour aller grimper aux arbres. Il s’équipe cependant ici de nouveaux accessoires « indispensables ? ».

L’énorme tout-terrain embarque un treuil, diverses grilles de protection aux quatre coins, plusieurs éclairages à LED et des câbles tendus pour éviter aux branches les plus tenaces de venir s’encastrer dans le parebrise. Des amortisseurs entièrement paramétrables depuis l’écran tactile dans l’habitacle poussent derrière les énormes jantes.

Dans cette configuration, le V8 4,0 litres biturbo AMG grimpe à 550 ch. Une cavalerie légèrement plus importante que sur le précédent programme de préparation proposé par Brabus. Il s’autorise alors un 0-100 km/h en 6,7 secondes et une vitesse maximale bridée à 210 km/h.

Fab Design

Quoi de beau cette année pour le préparateur allemand fidèle du Palexpo de Genève ?

 

De l’inédit et une proposition sur le SUV Tesla Model X. Baptisé Virium pour l’occasion le SUV électrique repose sur des enveloppes Michelin et est équipes de jantes alliage de 23 pouces.

 

Impossible de passer à côté du massif Mercedes-AMG G63 qui en profite pour s’appeler Big One, et pour cause. En association avec la maison StretchCars c’est une auto méchamment rallongée de 75 cm qui s’annonce pour graviter autour de 5,5 m en longueur.

 

Dix exemplaires sont programmés pour ce Big One (appendices de carrosserie et jantes de 23 pouces) dont l’habitacle ressemble plus que jamais à celui d’un jet privé pour hommes d’affaires.

 

A noter aussi la SLR 20th Anniversary, ses gommes de 265/30 et 325/25, ses jantes de 20 pouces et son kit carrosserie qui fait la part belle à la fibre de carbone. Au niveau mécanique le V8 clame 750 ch. 

 

Enfin on découvre aussi une nouvelle déclinaison de la McLaren 570S. Celle-ci baptisée McLaren 570S Viyala adopte aussi quelques éléments de carrosserie fibre de carbone, jantes de 20 pouces et 21 pouces entre avant et arrière et pneumatiques.

Gemballa Avalanche

Pour cette édition 2017 du salon de Genève, Gemballa ne faillit pas à sa réputation et nous présente l’une des Porsche 911 les plus impressionnantes qu’il nous ait été donné de voir.

Basée sur la Porsche 991 Turbo, cette Avalanche est la troisième du nom chez Gemballa, après un premier modèle sorti en 1985. Autant dire qu’avec sa peinture violette et son kit carrosserie, cette Avalanche aimante le regard.

On remarque notamment l’impressionnant aileron à double étage, rattaché au pavillon arrière par une dorsale centrale. Cette dorsale intègre une grosse prise d’air courant jusqu’au toit, afin d’alimenter en air frais le flat six biturbo.

Car avec une puissance portée à 820 ch, nul doute que les besoins en air doivent être plus conséquents que sur la 911 Turbo qui lui sert de base (540 ch). 

Quoi qu’il en soit, les grosses jantes dorées de 21 pouces, ou encore l’énorme extracteur arrière entourant les quatre sorties d’échappement nous confirment que la Gemballa Avalanche n’est pas là pour plaisanter. 

Enfin, l’habitacle bénéficie également d’un traitement lui faisant gagner en exclusivité, avec notamment une sellerie noire et blanche et une planche de bord recouverte d’Alcantara.

Gemballa Mirage GT

Présentée pour la toute première fois il y a plus de 10 ans, la Gemballa Mirage GT s’affiche à nouveau au Salon de Genève dans une version dénommée Carbon Edition et dévoilée de son côté en 2009.

Basée sur la Porsche Carrera GT, elle voit son V10 40 soupapes délivrer ici une puissance de 670 chevaux. De quoi lui permettre d’abattre le 0 à 100 en seulement 3.7 secondes et atteindre les 335 km/h en vitesse de pointe.

Elle dispose d’un kit carrosserie complet en fibre de carbone et à l’aérodynamique optimisée en soufflerie. Proposé à l’époque au tarif de 300 000 euros, à ajouter au prix de la Carrera GT, le tarif actuel du package n’est pas communiqué.

Hamann

Chez le préparateur allemand Hamann, on sait rester éclectique. D’abord, par le choix des marques : Jaguar, BMW, Mercedes et Range Rover se partagent le stand. Ensuite, par la nature des préparations exposées. Ceux qui aiment l’excessif et la testostérone se dirigeront immédiatement vers le Range Rover Evoque Cabriolet. Disponible en deux motorisations diesels, il fait l’objet, à chaque fois, d’une petite préparation moteur qui lui permet de gagner 20 ou 30 ch selon les cas.

 

A ses côtés, le Jaguar F Pace passerait presque pour un modèle de discrétion. Il est certes doté d’élargisseurs d’ailes et de boucliers plus virils, mais l’intégration de l’ensemble apparaît beaucoup plus aboutie et s’accorde bien avec les jantes de 23 pouces. Là aussi, une préparation moteur est de mise : elle permet à la version diesel d’atteindre 340 ch et à la version essence de passer le cap des 410 ch.

 

Moins discrète, la BMW M2 ne fait pas dans la demi-mesure puisqu’elle s’offre un surcroit de puissance de 50 ch pour une puissance portée à 420 ch. Toujours chez BMW, le X4 40i selon Hamann passe à 381 ch et gagne notamment un petit aileron façon course à l’arrière.

 

Le plus extravagant de tous les véhicules présentés reste cependant le Mercedes GLE Coupé, qui s’inscrit dans la plus pure tradition du tuning allemand. Son moteur atteint pour sa part la bagatelle de 680 ch.

Kahn Vengeance Volante

Après avoir sévi l'an dernier et transformé l'Aston Martin DB9 en Vengeance, Kahn remet le couvert pour Genève 2017 et s'attaque, cette fois, à sa variante découvrable, la Volante.

 

L'Aston Martin DB9 Volante a donc à son tour été soigneusement transformée par le préparateur britannique, qui lui a offert une nouvelle robe. Au-delà de la peinture bleue, qui rappelle celle d’une Jaguar XKR-S, la Vengeance Volante reçoit un bouclier avant doté d’énormes prises d’air latérales et orné d’une calandre noire à baguettes verticales, faisant penser aux fanons d’une baleine.

La partie arrière se pare quant à elle de gros feux ronds et d’un diffuseur en carbone, qui englobe les quatre sorties d’échappement. Heureusement, l’habitacle a été en partie épargné et demeure globalement fidèle au raffinement initial de la belle Aston Martin.

Liberty Walk

Liberty Walk est un nom qui fait de plus en plus parler ces dernières années. Il s'agit d'un tuner japonais fondé par Wataru Kato. Il faut dire qu'en trois ans, Liberty Walk est passé du stade d'inconnu à acteur majeur du tuning pour supercar, au Japon, aux USA et désormais en Europe. Une ascension fulgurante pour un préparateur qui s'est fait une spécialité : élargir les ailes.

 

En Suisse c’est donc une premier européenne pour ces préparations Liberty Walk.

 

On retrouve sur ces Ferrari 488 GTB et McLaren 650S ce qui fait traditionnellement le sel à savoir lame avant, diffuseur, aileron mais surtout les extensions d’ailes rivetées offrant des hanches bien larges.

Mansory

Pour cette édition 2017, le préparateur Mansory dévoile une flopée de nouveautés ayant toutes pour point commun un sens de l'esthétisme inégalé.

 

Cette année encore, Mansory n’est pas venu les mains vides au salon de Genève et dévoile pas moins de huit nouvelles voitures. En plus du fabuleux Maserati Levante, on peut notamment admirer la 4XX Siracusa Spider (sur base de Ferrari 488), avec ses demi-ailerons, son extracteur de proto et ses nombreux clins d'œil au drapeau italien, ou encore la Mercedes Classe S Cabriolet, dont la carrosserie furtive et la sellerie bi-ton rouge et blanc sont du plus bel effet.

 

De son côté, la Rolls-Royce Dawn, dotée de sa peinture noir mat avec capot marbré brillant, tandis que le Classe G 4x4 dans sa livrée intégrale noir mat marbré devrait séduire les plus romantiques. 

 

Le clou du spectacle demeure toutefois la Porsche Panamera de deuxième génération, avec sa peinture rouge bonbon, agrémentée d’un capot avant, d’un toit et de nombreux appendices aérodynamiques en carbone et relevée de subtiles liserés jaune fluo.

Ruf

Si vous ne connaissez pas RUF, il s'agit d'un préparateur allemand basé à Pfaffenhausen (Bavière) dont la spécialité est de rendre des Porsche déjà performantes en avions de chasse (toujours homologuées pour la route).

La dernière née vient d'être présentée au salon de Genève 2017, et elle n'est pas là pour rigoler. Moteur flat-six maison, châssis monocoque en carbone également développé en interne, Ruf a décidé de prendre les choses en main pour sa dernière création. Et le résultat est au rendez-vous: 710 chevaux, pour un poids de 1200kg, le 0 à 100 km/h abattu en à peine 3,5 secondes (0 à 200 km/h en moins de 9 secondes) et la vitesse max atteint plus de 360 km/h.

 

Pour transmettre la puissance du six cylindres aux roues arrières, Ruf a développé une boîte mécanique à 6 rapports spécialement conçue pour la CTR (2017), combinée à un différentiel autobloquant.

 

Le poids est réduit à l'extrême en commençant par le châssis. C'est la première structure monocoque carbone à recevoir un moteur en porte-à-faux arrière. La carrosserie elle aussi est entièrement en fibre, si ce n'est l'arceau de sécurité et les parties destinées à encaisser les chocs (à l'avant et à l'arrière), composés d'acier plus résistant.

 

Il s'agit du premier modèle créé de A à Z par la marque allemande. Elle a décidé de produire seulement 30 exemplaires dont le prix devrait atteindre facilement le demi-million d’euros.

 

TechArt

La Porsche 911 Turbo S n'est déjà pas franchement discrète d'origine… Revue et corrigée par TechArt, la GTStreet R décolle la rétine : boucliers dotés de multiples lames, bas de caisse proéminents, entrées d'air multiples, jantes de 21 pouces, diffuseur, aileron arrière de taille XXL, et j'en passe.

 

Ce traitement se poursuit à l'intérieur avec les multiples possibilités de personnalisation sur ce genre d'enseigne : placages, sellerie, cuir, Alcantara, etc.

 

Le plus important se trouve derrière le conducteur et ses passagers. Le Flat 6, déjà pas timide à l'origine, avale ici une bonne dose de produits dopants. Résultat des courses ? 720 ch. Suffisant pour expédier le 0 à 100 km/h en 2,7 s, et filer à 200 km/h en 8,5 s, puis « cruiser » à 340 km/h, sur autoroute allemande bien sûr !

 

Pour ceux qui seraient effrayés par de tels chiffres, TechArt propose une préparation « intermédiaire » basée sur la Turbo de 540 ch. La Porsche passe alors à 600 ch. De quoi abattre le 0 à 100 km/h en 2,8 s, le 0 à 200 km/h en 9,8 s, pour une vitesse maxi de 320 km/h.

Touring Superleggera Artega Scalco Superelletra

À l'occasion du Salon de Genève, Artega ouvre un nouveau chapitre de son histoire mouvementée. Le constructeur allemand dévoile en effet la Scalco Superelletra, mise au point aux côtés du carrossier transalpin Touring Superleggera. Cette association explique d'ailleurs le patronyme de la voiture, celui-ci étant la contraction des mots italiens superleggera et elettrico.

 

Pour limiter le poids de sa voiture, Artega a eu recours à différents matériaux légers. La carrosserie est ainsi faite d'aluminium, le capot et les portes sont en carbone. Le châssis est pour sa part essentiellement constitué de carbone.

 

La Scalo Superelletra cache sous sa carrosserie quatre moteurs électriques, le tout développant une puissance totale de 1 020 ch. Une fois de plus donc, une supercar électrique dépasse le cap fatidique des 1 000 ch. Les performances sont naturellement au rendez-vous avec un 0 à 100 km/h en 2,7 secondes et une vitesse de pointe de 300 km/h.

 

Selon le constructeur, l'autonomie de la voiture serait d'au moins 500 km. Une recharge de quatre minutes permettrait de récupérer 100 km d'autonomie. En outre, 17 minutes suffiraient pour recharger la batterie à hauteur de 80 %.

 

La bonne nouvelle, c'est que la Scalo Superelletra ne devrait pas rester lettre morte. Artega vise en effet une production à petite échelle, l'objectif avoué étant d'assembler 50 exemplaires à partir de 2019. En revanche, le prix reste à ce jour inconnu. Selon certaines rumeurs, il pourrait être d'environ 1,5 million d'euros.

Les concept-cars

Audi Q8 Sport Concept

Programme sportif pour Audi au Salon de Genève. En plus des nouvelles RS5 et RS3 Sportback, l'allemand a levé le voile sur le concept Q8 Sport, un avant-goût du SQ8. La marque ne s'est donc pas contentée de repeindre le prototype vu en janvier à Detroit : la motorisation y est inédite.

 

Sous le capot se cache un bloc TFSI, en l'occurrence un six cylindres 3.0 de 450 ch, associé à la technologie mild hybride avec un générateur qui permet de récupérer l'énergie et de la restituer pour augmenter ponctuellement la puissance et le couple. Les valeurs de puissance peuvent ainsi atteindre 476 ch. La petite batterie est située sous le coffre. Le moteur électrique permet de se déplacer à faible allure sans consommer d'essence, lors des manœuvres par exemple.

 

En plus des deux turbos « classiques », le six cylindres profite d'un compresseur électrique qui prend le relais lorsque les gaz d'échappement sont insuffisants pour éviter le creux à bas régime. Le système est déjà proposé sur le SQ7. 

 

Côté look, le Q8 Sport se distingue du premier concept par l'habillage de la grille de calandre, son contour noir et une nouvelle lame dans le bouclier. À l'arrière, on trouve deux grandes sorties d'échappement rondes et les fentes sous les feux ont des petites stries. Dans l'habitacle, l'ambiance évolue avec des couleurs plus claires, mais les formes ne changent pas.

 

Audi devrait dévoiler la version de série du Q8 d'ici début 2018. Il viendra donner la réplique aux BMW X6 et Mercedes GLE Coupé. La déclinaison S suivra très rapidement.

Bentley Exp 12 Speed 6e Concept

La marque anglaise nous a réservé une vraie nouveauté et surprise avec le concept Exp 12 Speed 6e Concept. Un nom à rallonge pour une auto qui n'est pas anodine puisqu'elle annonce clairement le futur design de Bentley. Comprenez par là que ce que vous avez sous les yeux est une interprétation déjà très travaillée de la prochaine Continental GT, en version cabriolet, dans le cas présent.

  

L'autre grosse originalité est la présence d'une motorisation 100 % électrique. Malheureusement, Bentley ne nous dit rien sur les caractéristiques techniques mais la marque promet déjà la recharge ultra rapide et un service de conciergerie.

Jaguar I-Pace

Jaguar présentait en novembre dernier à Los Angeles le concept I-Pace qui annonçait un SUV électrique à venir. La marque anglaise a fait le déplacement à Genève avec le concept, qui est cette fois paré de rouge.

 

Jaguar a promis un véhicule sans compromis, un vrai SUV sportif, des mots que n'hésite pas à employer la marque pour son I-Pace qui sera la toute première voiture 100 % électrique de Jaguar. La marque britannique avance des chiffres intéressants avec environ 500 km d'autonomie grâce aux batteries de 90 kWh.

Mercedes GT Concept

Le salon de Genève est l'occasion de découvrir la troisième pièce d'AMG après la SLS et la GT. Il s'agit pour l'instant d'un concept, mais on cerne déjà assez bien les intentions de Mercedes AMG qui entend bien aller grignoter quelques ventes sur le segment supérieur, face à Porsche ou encore Bentley. Pour ce faire, Mercedes AMG prépare une berline quatre portes qui arrivera un peu plus tard, mais en attendant, voici ce concept inédit. Nous retrouvons quelques détails de style de la GT, notamment sur l'avant et sur la poupe, mais il faut bien reconnaître que ce concept possède sa propre personnalité. Les designers se sont permis quelques folies avec des jantes très "flashy" et des rétroviseurs inexistants puisqu'ils sont remplacés par des caméras.

 

Sous le capot, nous avons affaire à un moteur bien connu, à savoir le V8 4.0 biturbo qui est associé à un moteur électrique. Le futur d'AMG se conjugue donc à l'hybride avec des puissances très importantes, et AMG parle déjà d'un 0 à 100 en moins de trois secondes, ce qui est impressionnant. La révélation du produit de série n'aura certainement pas lieu avant la fin d'année, voire l'année prochaine, et espérons pour Mercedes que la nouvelle Panamera n'aura pas déjà conquis tous les clients de cette catégorie, d'autant plus que la Porsche est présentée à Genève dans une version hybride rechargeable déjà prête.

Mercedes X-Class Concept

La venue de Mercedes sur le segment des pick up peut être surprenante mais cela reflète bien l’engouement autour de cette catégorie. Visuellement, difficile de ne pas remarquer le look de ce pick up particulièrement réussi et dynamique avec des portes à faux courts, un bossage sur le capot. Ici, il était présenté dans sa version double cabine, seule carrosserie qui sera d’ailleurs commercialisée.

 

Sous le capot, le Classe X proposera une large palette de motorisations du 4 cylindres (2.3 dCi de 160 et 190 ch) au « noble » V6 qui devrait avoisiner les 260 ch. Ce dernier sera associé à une transmission intégrale 4Matic équipée d’un réducteur et de deux blocages de différentiel. Les versions à boîtes mécaniques reprendront le système du Nissan Navara.

 

Le pick up Mercedes arrivera sur le marché en fin d'année.

Peugeot Instinct

Ce concept-car Instinct préfigure un modèle de série qui pourrait être potentiellement lancé en 2030 et qui se positionnerait comme le successeur de la 308 mais au travers d’une carrosserie break de chasse. Ce concept mesure ainsi 4,55 m, la largeur est conséquente avec 1,96 m pour une hauteur de 1,32 m.

 

Il annonce également une évolution du style de la marque au lion notamment la face avant avec une calandre toujours plus agressive, entourée de projecteurs en forme de boomerang qui descendent jusqu’au bas du bouclier.

 

Les portes antagonistes libèrent l’accès sur un habitacle très futuriste avec notamment un énorme écran face au passager. Le conducteur aura face à lui une nouvelle génération de i-cockpit composé toujours d’une instrumentation 100 % numérique et d’un volant toujours plus petit qui se rétracte en conduite autonome.

 

La principale innovation réside dans le fait que ce concept propose 4 modes de fonctionnement dont deux liés à la conduite autonome : ainsi, le Drive Boost est focalisé sur une conduite dynamique, le Drive Relax fait intervenir les aides à la conduite afin d’assister le conducteur. Il s’agit par exemple de la commutation automatique des projecteurs ou du régulateur de vitesse actif. En autonome, deux modes : Autonomous Soft qui privilégie le confort et Autonomous Sharp optimise les temps de déplacement.

 

Sous le capot, on retrouve une motorisation hybride rechargeable de 300 ch qui anime 4 roues motrices. Un groupe propulseur que l’on retrouvera en 2019 sur le 3008.

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Copyright © 2017 CARSNCO Photography - All rights reserved